Easy Com' blog

Communication, imprimerie, web

By

Le mailing postal personnalisé

facebooktwittergoogle_plusredditlinkedinfacebooktwittergoogle_plusredditlinkedin

Le marketing direct génère depuis plusieurs années des retours sur investissement remarquables en termes de communication.
En tant que méthode souple, le mailing imprimé, ou publipostage, s’adapte bien aux PME. Le stimulus approprié peut être envoyé au moment choisi, et les campagnes sont diffusées à la fréquence souhaitée.
Les courriers commerciaux personnalisés sont facilement réalisables chez un imprimeur.

routage mailing

Crédit photo : Freedigitalphotos.net / Anankkml

S’adresser personnellement à chaque cible

Le ‘One-to-one’ tente de pallier à certaines faiblesses de rendement des campagnes de communication en rendant la cible plus réactive au message.
La présence d’informations personnelles optimise l’impact du document sur l’interlocuteur, en lui démontrant implicitement qu’il est unique pour l’entreprise, et en s’adaptant à ses motivations propres.
Interpeler ses clients par un discours qui s’adresse à chacun d’eux en particulier engendre un niveau d’intérêt maximum de leur part.
Ce système n’impose pas de proposer une offre spécifique pour chaque contact. La segmentation par groupes est tout de même conseillée.

Domaine d’application

La personnalisation des supports de communication génère donc une valeur ajoutée indéniable pour la relation client. Une invitation, par exemple, aura une portée d’autant plus importante sur son destinataire si elle est nominative.
Il en va de même pour les autres supports imprimés à vocation valorisante comme les courriers de bienvenue, les cartes de vœux, les offres fidélité.
Le secteur de l’édition n’est pas en reste, il est par exemple possible de personnaliser la couverture d’un magazine pour chaque destinataire abonné.

Exploiter sa base de données clients

La base de données clients d’une entreprise lui permet de bien connaître ces derniers.
Cette base doit contenir l’ensemble des caractéristiques nécessaires pour autoriser la réalisation de campagnes précisément ciblées.
Les renseignements contenus dans la data-base sont utilisés pour personnaliser les contenus interchangeables des documents imprimés.
Comme évoqué précédemment, il est possible d’adapter les mailings par groupes de destinataires (genre, âge, clients réguliers, nouveaux clients, prospects, etc.).

Principe technique d’impression

Les fichiers de données variables permettent de générer des imprimés dont les textes et les images sont modifiés d’un document à l’autre.
Le remplacement des données à la volée ne nécessite aucun ralentissement de la chaîne d’impression entre chaque document.
Ainsi sur une seule session, l’imprimante peut générer des imprimés tous différents les uns des autres.

Processus de personnalisation des documents

1 – Base de données organisée contenant les textes variables

La base est exportée depuis le CRM si ce dispositif est utilisé, puis les champs sont modifiés et adaptés.
Sinon, le fichier Excel peut être créé manuellement en fonction du contexte.
Un intitulé de colonne correspond à l’intitulé de la donnée variable liée.
Une colonne est donc éditée pour chaque donnée variable à modifier sur le document.

base de données mailing

Crédit photo : Saleshound

2 – Conception du document avec champs à personnaliser vierges

Il s’agit de prévoir sur le document commun des emplacements vides, suffisamment grands pour pouvoir y insérer les textes et visuels interchangeables.
Des tests d’intégration sont réalisés avec les textes les plus longs.

3 – Uniformisation des images à personnaliser

La résolution idéale des images est de 300 dpi. Elles sont redimensionnées en fonction des emplacements prévus sur le document commun.
Les formats généralement utilisés sont jpg, png et eps, en mode colorimétrique CMJN.

4 – Impression et routage

Quelques épreuves personnalisés doivent valider la conformité des exigences avant que l’impression définitive ne soit réalisée (BAT).
Enfin chaque exemplaire obtenu est routé de manière nominative vers son destinataire final.

Le mailing imprimé est pour une entreprise l’un des meilleurs supports de promotion de ses produits et ses services. Cette solution permet d’entretenir une relation client personnelle et adaptée, pour un budget raisonnable.

A noter que certaines imprimeries prennent en charge l’intégralité du processus, routage inclus.

facebooktwittergoogle_plusredditlinkedinfacebooktwittergoogle_plusredditlinkedin
 

By

Cartes de visite :
9 points essentiels

facebooktwittergoogle_plusredditlinkedinfacebooktwittergoogle_plusredditlinkedin

La carte de visite est l’objet de communication par excellence qui représente et véhicule l’image de votre entreprise. Son aspect et sa conception sont interprétés comme un gage de crédibilité par le récepteur.

Il s’agit souvent du premier investissement lié à la diffusion de votre identité, l’outil qui marquera l’empreinte de votre passage quotidiennement.

Les origines de la carte de visite

En France, ce support commença à être réellement utilisé sous le règne de Louis XIV, afin de présenter de manière suffisante son détenteur.

Avant cette époque, on notait souvent ses coordonnées sur une carte à jouer. Les marchands parisiens laissaient également leur nom, profession et adresse à leurs clients, sur une petite feuille.

C’est au cours du 18ème siècle que la carte de visite prit la forme qu’on lui connait aujourd’hui.

Quelques bonnes pratiques

Le principe de la transmission des coordonnées à travers un design reflétant la philosophie d’une enseigne ne peut pas être laissé au hasard.
Il est donc intéressant d’être sensibilisé aux divers formats existants, aux nouvelles matières, ainsi qu’aux caractéristiques qui font une carte de visite de qualité.

Concevoir une carte de visite

Easy Com’ blog vous éclaire sur 9 points majeurs qui vous permettront d’obtenir un produit cohérent avec vos attentes.

1. Un peu de réflexion

En premier lieu, dressez par écrit une liste rapide des qualificatifs que vous utiliseriez pour définir votre activité. Plutôt sérieuse? Conviviale, peut-être festive? Traditionnelle, innovante, technique, sociale, artistique?
A quel secteur cette activité s’applique-t-elle? La technologie? La mode? L’alimentation?
Quelles images et couleurs sont représentatives de ce domaine dans l’inconscient collectif?
A quoi ressemblent les supports de communication de vos concurrents?

Ces indices vous fourniront de précieux appuis lors de la conception de votre carte.

2. Quelles dimensions choisir?

  • Le format le plus courant est de 8,5 x 5,4 cm. Il s’agit du format correspondant à un porte carte: c’est le plus pertinent car il permet de conserver le document sur soi, facilement et pour longtemps.
  • Egalement demandé, le 9 x 5 cm autorise l’insertion d’un plus grand nombre d’informations, telles que les gammes de produits ou encore les tarifs.
    Il ne faut cependant pas perdre de vue que ce type de carte sera plus difficile à conserver à portée de main.
  • Le format mini 8,5 x 2,5 cm peut générer une impression positive par son originalité, à condition que le nombre de données à insérer soit limité.

3. L’épaisseur du papier

Pour renvoyer une image qualitative de l’émetteur, le papier choisi ne doit être ni trop souple ni trop rigide.
Si la carte est trop fine, cela produit une sensation d’inconsistance. A contrario, une raideur excessive peut également rendre la manipulation peu agréable.
On utilise plutôt les 300 et 350 grammes en fonction de la flexibilité souhaitée.

4. L’orientation

  • L’intégration du design se fait en général à l’horizontale, c’est l’orientation ‘paysage’, également appelée format ‘à l’italienne’.
    La répartition des informations doit s’équilibrer entre la droite et la gauche.
  • L’orientation à la verticale, encore nommée ‘portrait’, ou format ‘à la française’, reste moins utilisée car son design est plus difficile à structurer, pour un rendu final souvent moins esthétique.
    Les informations se succèdent alors du haut vers bas.

5. Recto ou recto/verso?

Cela dépend des éléments que vous souhaitez voir apparaître sur votre carte, de leur taille et de leur nature (par exemple si un plan d’accès est disponible au verso).
L’impression recto/verso donne aussi la sensation d’une finition plus aboutie.

6. Déterminer les données à indiquer

Les informations permettant d’identifier et de contacter la société et le porteur sont les seules indispensables. Elles sont d’ailleurs la raison d’être d’une carte de visite.

  • Identité de la société : Logo, nom et activité, adresse de localisation géographique.
    L’inclusion d’une baseline est conseillée (court slogan évoquant l’activité exercée).
  • Identité du porteur : Nom, prénom de la personne et fonction occupée.
  • Coordonnées de contact : Téléphone et e-mail.

Contenu optionnel:

  • L’adresse du site web de la société s’il existe.
  • Au verso, prévoir une zone d’écriture se révèlera utile si la carte est pelliculée.
  • Un plan d’accès peut éventuellement être présenté au verso.

La surcharge d’informations est à éviter : il s’agit avant tout de rester simple, les renseignements ne doivent laisser entrevoir aucune confusion.

7. Le design

Une carte de visite efficace doit attirer l’attention du récepteur et marquer durablement son esprit.
Veiller à conserver un design simple et épuré est un gage de lisibilité.
Utilisez votre liste écrite de qualificatifs afin d’orienter votre réalisation en termes de formes et de couleurs.

Des supports originaux

Ce travail étant assez sensible, si vous ne maîtrisez pas les bases du graphisme il reste préférable de vous en remettre à un professionnel.

  • Adapter la charte graphique avec les autres documents commerciaux de l’entreprise (plaquettes, site web…), la cohérence visuelle entre ces supports reste capitale.
  • Les logos et polices sont exploités dans leur version haute résolution, ou vectorisés.
  • Pour une lisibilité optimale, la taille des caractères ne sera pas inférieure à 7,5 pts.

8. L’impression

Il est possible d’imprimer vos cartes de visites avec une seule couleur, deux couleurs ou en quadrichromie, en fonction du design graphique qui a été déterminé en amont.
Il est également envisageable d’intégrer d’autres couleurs Pantone, de l’or ou de l’argent.
Sachez que plus le nombre de couleurs est élevé, plus le prix de l’impression augmente.

9. Finitions

Les finitions disponibles sont nombreuses. De même que pour l’impression, leur exploitation est étroitement liée à l’orientation graphique choisie.

Ces options contribuent en grande partie à l’originalité et au caractère de vos cartes de visite.

Si vous envisagez un pelliculage ou un vernis, prenez en compte le fait que les papiers pelliculés ne sont pas adaptés pour écrire. Il sera alors nécessaire de prévoir une zone brute afin de pouvoir y apposer des annotations.

  • L’or et l’argent sont applicables sur des parties spécifiques du design.
  • Le pelliculage mat a tendance à égaliser le rendu et à adoucir l’aspect final,
  • Le pelliculage brillant, au contraire, contraste les couleurs et les rend plus vives,
  • Le pelliculage Soft Touch offre une finition à l’aspect velours et une sensation ‘peau de pêche’ au toucher.
  • Le vernis sélectif permet de mettre en valeur des éléments précis, tel que le logo ou le nom, en créant une impression de relief sur certaines zones.
  • Le vernis paillettes contient des particules scintillantes qui renvoient la lumière.
  • Les technique de gaufrage et d’estampage laissent dans le papier l’empreinte d’une figure prédéfinie, marquée par des creux et des reliefs.
  • Les découpes représentent une perforation du papier selon les formes souhaitées.

D’autres matériaux que le carton sont également disponibles pour l’impression des cartes de visite, comme par exemple le métal ou le plastique transparent.
Enfin, un petit test vous permettra de mesurer la pertinence de vos choix:
Reprenez la liste de qualificatifs réalisée au début de cet article. Demandez à votre entourage d’exprimer par des adjectifs ce que lui évoque la carte de visite obtenue.

Si les réponses sont représentatives des termes de la liste, vos objectifs sont atteints!

 

facebooktwittergoogle_plusredditlinkedinfacebooktwittergoogle_plusredditlinkedin